S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'efj > LES DERNIÈRES TENDANCES DE LA VOD

LES DERNIÈRES TENDANCES DE LA VOD

Alors que le Marché du film s’apprête à fermer ses portes, retour sur les dernières tendances de la cuvée 2015.

Reportages sur l'industrie du cinéma, portraits de stars, interviews décalées, mais aussi vidéos sur les off de Cannes, nos étudiants journalistes vous font découvrir leur festival. Exercice en immersion au coeur de l'événement le plus médiatisé au monde. #EFJHORSLESMURS

Les futures perles téléchargées massivement sur la toile via les plateformes de vidéo à la demande (VOD) pourraient bien avoir été dénichées sur le marché cannois. Ce lieu d’échanges privilégié pour tous les réalisateurs indépendants en quête de reconnaissance autorise toutes les découvertes : du nanar le plus total en passant par les films de genres à petit budget jusqu’aux grandes productions qui cherchent à conquérir les marchés de distribution internationaux, tout y est ou presque.

 

Welcome to Cannes… Welcome to the world of VOD

La société de production Wild Bunch était parvenue à créer le buzz le plus important sur la Croisette pour la 67eme édition du Festival de Cannes l’an dernier, avec Welcome to New York, le tout dernier film d’Abel Ferrara. Un monstre sacré du cinéma français, Gérard Depardieu, y campait un personnage sulfureux et le pitch ressemblait étrangement à l’affaire DSK au Sofitel de New-York. Le film était proposé directement en vidéo à la demande, dès le soir même de la projection cannoise et a connu un succès commercial retentissant sur les plateformes de téléchargement et de VOD (62 000 ventes en 48 heures). Le film a ensuite terminé sa vie commerciale en DVD mais n’a pas connu d’exploitation en salles.

 

Le futur de la VOD 

Les chiffres du marché de la vidéo en 2014 témoignent de mutations importantes. Ces éléments communiqués par le cabinet d’analyse sur les marchés et les consommateurs (Gfk) révélaient que la VOD n’avait pas permis de compenser la baisse des ventes de films en DVD et en Blu-Ray. 25% des Français de 15 ans et plus, près de 13 millions d’individus,  ont acheté un DVD ou un Blu-Ray en 2014. Seulement 6% des Français, 3 millions de personnes, ont acheté et loué un programme en VOD pour la même année. Près de 10 ans après son lancement, la VOD peine à trouver son public. Les prix parfois trop élevés des abonnements, les catalogues peu fournis, la facilité du téléchargement illégal et la propagation des sites de streaming en accès libre - sans aucun péage - freinent l’essor de la VOD. Mais les Français avouent que leurs habitudes ont évolué. La télévision de rattrapage (type Pluzz) et la volonté d’accéder à des catalogues de saisons entières de séries sont des pratiques entrées dans les mœurs depuis plusieurs années.

Alors que le marché du film touche à sa fin à Cannes, de nouveaux projets sont attendus pour la rentrée. Le lancement d’un site de vidéo à la demande, Cinétek, est prévu pour septembre 2015.  Les utilisateurs de ce service auront accès à un catalogue de « grands classiques » du cinéma sélectionnés par des réalisateurs prestigieux.

 

L’âge d’or du marché du film : la présence du studio Troma sur la Croisette

Il fut un temps où le marché du film était le paradis des « direct-to-video », un véritable repère de festivaliers un peu « freaks » sur les bords, arborant des imperméables malgré la chaleur accablante et trimballant toujours avec eux un exemplaire des Cahiers du cinéma dans un sac plastique. On pouvait encore y croiser la joyeuse bande loufoque de Lloyd Kaufman, toujours accompagné de sa mascotte mutante Toxic Avenger, du film éponyme, et de ses petites pépées, les Tromettes, de jolies jeunes femmes en plein happening sur la Croisette, des années avant l’engagement militant des Femen. L’indépendance du studio Troma et de son créateur fou Lloyd Kaufman, à travers la promotion de films de genres, de série Z fauchées, un brin désuètes,  animait les allées du Festival lors de leur présence au Marché du film avec des stands assez kitschs : rien n’était trop fou pour promouvoir le catalogue pléthorique du studio indépendant. Troma a déniché de nombreux talents au cours des années. Ils ont été les premiers à encourager et produire les œuvres de Matt Stone et Trey Parker, les créateurs devenus mondialement célèbres avec la série South Park ou bien encore James Gunn qui a dynamité les codes des blockbusters un peu trop lisses de la Marvel, comme Avengers, avec son adaptation remarquée de la licence des Gardiens de la Galaxie.

Le studio indépendant Troma et sa survie au Marché du film participait à la légende, à la diversité et à l’éclectisme du festival de Cannes. Les amateurs de films de genre devenaient les acteurs et contribuaient à l’essor d’un cinéma indépendant et original. Ce temps a vécu. Le studio n’est plus présent depuis quelques éditions. Pour ceux qui n’auraient pas connu cet âge d’or, qui faisaient les belles pages de Mad Movies à l’époque où Jean-Pierre Putters et Didier Allouch étaient encore maîtres à bord, est retracé dans le documentaire All the love you Cannes !  tourné en 2002. L’épopée fantastique et le séjour homérique et déviant du studio Troma, de son fondateur, de ses acteurs et monstres fétiches sur la Croisette sont retracés dans ce documentaire.   

 

 

 

Business is business

Le Marché du film est devenu depuis quelques années un espace où le business a repris ses droits. Mais les avait-il vraiment perdu ? L’amateurisme a disparu. L’accès aux stands pour les professionnels est de plus en plus difficile et le ticket d’entrée est de plus en plus cher alors que la rentabilité et l’impact positif d’une présence à Cannes sont de moins en moins garantis pour des projets ne correspondant pas aux tendances du marché et pour des réalisateurs indépendants. Les costumes impeccables, les poignées de mains chaleureuses dans les allées du marché du film et l’échange de cartes de visite rappelleront aux cinéphiles et aux amateurs de littérature américaine l’ambiance froide et glacée d’un passage culte d’American Psycho, et montrent surtout que les compagnies comme Amazon et Netflix ont pris la main et investissent de plus en plus. Les sommes brassées atteignent des montants records chaque année. Le succès commercial des plateformes de téléchargement sur la toile comme l’Applestore ou Netflix a cannibalisé le marché de la VOD. Pour le marché français, la VOD d’Orange et Canalplay tentent de diversifier leurs offres avec leurs rôles de partenaires privilégiés du cinéma.

 

Les films français dans tout ça ?

Deux films français se sont démarqués cette année sur le Marché du film pour tenter d’exister et de lutter à l’international face à l’ogre hollywoodien. Ces films, espérons-le, feront la joie des exploitants de salles sur le territoire national.

Les premières images du film Les Visiteurs 3 viennent de fuiter et ont visiblement créé un affolement généralisé sur la toile après le passage de Christian Clavier sur le plateau du Grand Journal d’Antoine de Caunes, délocalisé à Cannes.

Le film Chocolat, un biopic retraçant l’existence du premier artiste noir français à la fin du XIXeme siècle, mis en scène par Roschdy Zem et  avec Omar Sy, a rencontré un vrai succès auprès des acheteurs internationaux. Des dizaines de pays ont déjà signé pour ces deux films. Christian Clavier et Omar Sy sont toujours aussi bons vendeurs du cinéma hexagonal sous les latitudes étrangères.  

 

Gabriel Mabille ⎢ étudiant en 3ème année à l'EFJ ⎢#CANNES2015

                                                                                      

SÉCURITÉ À CANNES, JUSQU’ICI TOUT VA BIEN

UN FESTIVAL SOUS SURVEILLANCE

Ecole de Journalisme EFJ -   SÉCURITÉ À CANNES, JUSQU’ICI TOUT VA BIEN

CANNES 2015 - INTERVIEW

Ecole de Journalisme EFJ -   CANNES 2015 - INTERVIEW

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :