S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Métiers > Hall of Fame > Johnny ITICSOHN

Hall of fame

Johnny ITICSOHN
Rédacteur en chef
Media 365 - Sporever
EFJ 2013

Retrouvez l'intégralité du témoignage de Johnny Iticshon, EFJ 2013, rédacteur en chef de Media 365 - SPOREVER.

Je suis Johnny Iticsohn, je suis jeune et c’est important puisque j’ai 23 ans, je n’ai donc pas connu le chômage en sortant d’école. J’ai trouvé directement un job avec pas mal de responsabilités. Je suis rédacteur en chef d’une émission de jeux vidéo et je suis aussi rédacteur-enquêteur pour une web-série pour ARTE

Tout petit je rêvais d’être astronaute, écrivain, président, tout seul sur une île déserte avec mon saucisson, ça me plaisait beaucoup aussi. Le foot américain, si je pouvais bosser là-dedans, j’en serais certainement très heureux. Par contre journaliste, ça ne me serait jamais venu à l’idée quand j’étais jeune.  

L’enquête, c’est vraiment quelque chose que j’aime. Ça me permet d’aller au fond des choses, de traiter de tout sous tous les angles possibles et imaginables. Il faut toujours avoir un réseau extrêmement fourni pour ouvrir des portes, pour pouvoir avoir des interviews, des exclusivités… Je peux faire ça pendant des heures sans problème. 

Mes années EFJ se sont traduites par beaucoup d’apprentissage et j’avais vu que c’était une école qui formait à tous les types de médias. J’ai fait de la radio, j’ai fait de la télé, j’ai fait de la presse écrite, j’ai fait du web. Ca fait partie des rares fois où en sortant d’un établissement scolaire, j’ai considéré que j’en étais sorti avec plus de connaissances, et je ne touche pas un seul euro pour dire tout ça. 

Mes mentors sont plutôt du côté de mes enseignants, ceux que j’ai pu avoir à l’école de journalisme. J’ai eu beaucoup de très bons modèles, des gens qui m’ont recadré ou qui m’ont appris vraiment de bonnes bases. J’étais un étudiant fainéant au premier semestre en première année et ensuite je suis devenu beaucoup plus travailleur. J’ai fini major de promo du coup. J’ai flingué tout le monde dans ma lancée. 

Si je retournais dans le passé à 18 ans, on aurait la même fin, je retournerais à la fac et deux ans plus tard je re-finirais à l’EFJ, ce qui doit être à mon avis la finalité de toute chose pour moi.

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :