Léa, en stage de Journaliste reporter d’images (JRI) pour BFM TV

Manier une caméra professionnelle ou couvrir la venue du président de la République... Léa partage son expérience de Journaliste Reporter d'Images pour BFM TV !

Vous avez réalisé votre stage au sein d’AIMV, une société de production créant du contenu pour des chaînes d'informations telles que BFM TV. Pouvez-vous nous raconter votre quotidien, vos missions ?

J’ai occupé le poste de Journaliste Reporter d'Images (JRI) durant tout mon stage. J’étais derrière la caméra, et j’avais un reportage différent à réaliser chaque jour pour la chaîne BFM TV en Nouvelle-Aquitaine. Je me rendais à la rédaction le matin, je lisais les actualités en ligne, puis avec le correspondant local, que j’accompagnais sur le terrain, nous proposions un sujet à la rédaction. Nous partions ensuite en tournage. Lorsque je partais en tournage, que ce soit à Bordeaux ou ailleurs, je gérais la prise d’image avec ma caméra, supervisée par le correspondant. C’était très enrichissant parce qu’il fallait aller très vite, en n’oubliant aucun réglage, aucun détail.

Était-ce un souhait de votre part de travailler dans l’univers de la télévision ?

Je savais que je voulais travailler dans l’audiovisuel. Je voulais découvrir la télévision locale, et nationale. C’est pour cela que j’ai effectué mon stage durant deux mois chez TV7 (télévision Bordelaise) et deux mois chez AIMV productions.

Le métier de Journaliste Reporter d'Images était-il une vraie découverte ?

Je ne connaissais pas si bien que cela ce métier. Je l’ai apprivoisé durant les deux premiers mois à TV7. Quand je suis entrée chez AIMV, cela a été plus simple et j’étais plus à l’aise. J’ai adoré cette découverte, c’était quelque chose de passionnant, que j’aimais vraiment faire.

Lors de votre stage, avez-vous fait une rencontre qui vous a particulièrement marquée ?

J’ai rencontré énormément de personnes durant mon stage mais celle qui m’a le plus marquée est, je pense, le président de la République, Emmanuel Macron. Durant son passage à Bordeaux et Pessac, j’ai couvert sa venue avec mon collègue et j’ai pu assister au Grand Débat. Je me souviendrai de ce reportage toute ma vie. Il y a eu beaucoup de stress durant la journée, notamment parce que l’on n’avait pas l’emploi du temps complet du Président. Pouvoir assister à un débat animé par le Président et assister aux directs pendant des heures avec les équipes de Paris, était très enrichissant.

Quelle est votre plus grande fierté durant ce stage en tant que Journaliste Reporter d'Images ?

Je ne pensais pas parvenir à maîtriser la technique d’une caméra professionnelle en seulement deux mois. Pouvoir être quasiment autonome à la fin de mon stage, c’était un défi à relever. Je l’ai réussi et j’en suis très fière.

En quoi votre stage donne-t-il du sens à la formation journalisme de l’EFJ ?

Il m’a permis de confirmer ma volonté de faire ce métier. J’ai également pu voir comment fonctionnaient les caméras avant l’atelier prévu pour cela à l’EFJ, ce qui me permet d’être plus rapide et autonome à l’école. Ce stage a été complémentaire avec l’école, qui m’apprend le nouveau journalisme.

Comment faîtes-vous le lien entre vos cours de journalisme et votre expérience sur le terrain ?

Pour aller sur le terrain, il faut des bases. Je les ai acquises à l’EFJ, et j’ai pu les appliquer durant mon stage. Il est certain qu’au début, j’ai fait des erreurs, mais en regardant mes cours, et en suivant les conseils de mes collègues, j’ai pu me perfectionner.

Ce stage en tant que Journaliste Reporter d'Images vous a t-il confortée dans votre projet professionnel ?

Absolument. J’ai enfin trouvé exactement la voie que je voulais prendre. Avant ce stage, je ne savais pas dans quelle direction partir. Désormais, je sais que je veux faire carrière en tant que Journaliste Reporter d'Images.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants souhaitant intégrer une école de journalisme et réaliser un stage dans ce domaine ?

Je lui dirais de ne surtout pas hésiter. Il est peut-être effrayant d’aller vers l’inconnu, ou d’avoir à faire un travail à responsabilité, qui impose une certaine rigueur. Je suis assez timide, mais j’ai réussi à m’affirmer beaucoup plus durant ce stage et j’ai osé faire des choses que je ne savais pas faire. C’est très valorisant. Alors si un étudiant veut découvrir ce métier, qu’il le fasse, il ne pourra que s’enrichir, et continuer à définir réellement sa voie. Car dans le journalisme, il y a beaucoup de voies différentes !

 

Téléchargez une documentation